mardi 10 décembre 2013

Lame africaine

Source : Google images
Le groupe des lamellophones fait partie de la famille des idiophones (je reviendrai te remplir la tête sur la classification des instruments dans un prochain article). Ces lamellophones sont constitués d'un jeu de lames pincées dont les formes, les dimensions, et les matériaux utilisés diffèrent considérablement d'une région ou d'une ethnie à l'autre. Leur origine, mal connue, peut être située en Afrique sub-saharienne occidentale et centrale. Si deux noms, sanza ou kalimba, sont les plus couramment utilisés, la quantité de dénominations existante témoigne de la variété des instruments rencontrés d'un pays ou d'une région à l'autre : amakembé au Burundi, ambira au Mozambique, toum en Éthiopie, deza en Afrique du Sud, ilimba en Tanzanie, koné au Burkina Faso, kongoma en Sierra Leone, marimba marimbula à Cuba, marimbule dans les Caraïbes, mais encore gininji, ikembé, likembé, sanzé, sanzo, sasi, timbili. En Occident, on les appellera pianos à pouces ou thumb piano…


Mais quelle que soit l'origine géographique de l'instrument, quelle qu'en soit sa forme ou les matériaux qui le constituent, le principe est commun : des lames sont fixées sur une table d'harmonies et sont pincées avec les doigts. Les lames sont le plus couramment en métal, mais peuvent être en bambou ou en pétiole de palmier. La table d'harmonies est parfois fixée sur une caisse de résonance en bois, en calebasse ou en noix de coco... ou en boîte de conserve. Des instruments modernes ont vu l’ajout d'une membrane synthétique tendue sur un cadre et sur laquelle est fixée la table d'harmonies.


Source : http://www.hervelapalud.com/a-la-sanza/




LA MBIRA, INSTRUMENT DE MUSIQUE DU PEUPLE SHONA

La mbira est un des instruments africains les plus anciens. De nombreuses légendes circulent au Zimbabwe concernant ses origines. La mbira trouve ainsi ses racines dans la mythologie africaine et dans la littérature historique des Shonas. La plupart des musiciens s’accordent néanmoins pour dire que l’origine de la mbira est un mystère, les nombreuses histoires provenant de la tradition orale et du folklore des Shonas ne faisant que refléter la mystique qui entoure l’instrument et révéler les profondes associations existant entre la mbira et d’autres aspects de la culture shona.
Des découvertes archéologiques suggèrent qu’elle était jouée au XVe siècle et probablement aussi au Xe siècle quand le peuple shona s’est installé au Zimbabwe. Il est néanmoins établi que cet instrument était joué au XVIe siècle à la cour de Munhumtapa. À l’époque, les musiciens jouaient de la mbira pour les rois et les devins shonas. Traditionnellement, l'instrument était joué en ensemble au cours des cérémonies de possession : les familles étaient réunies et les instruments amenaient le médium à entrer en transe et se laisser posséder par l'esprit d'un ancêtre à travers lequel il s'exprimait.
À la fin du XIXe siècle, les colonisateurs interdisent l’instrument. 
Aujourd’hui se côtoient divers styles musicaux où la mbira a un rôle primordial: qu’il s’agisse de la musique sacrée ancestrale ou d’une musique moderne comportant des apports occidentaux, le lamellophone reste toujours l’instrument par excellence du peuple shona et, par extension, du Zimbabwe. Cette popularité a également fait franchir les frontières à la mbira (et aux autres lamelliformes) et, actuellement, on la retrouve jouée dans toutes sortes de musiques et dans de nombreux pays.

P31 - Mbira - Zimbabwe - Bois, métal - 20x15cm

video



D'autres lamellophones du musée:


P1 - Marimbule - République Dominicaine - Bois, métal, noix de coco - 16,5cm






P9 - Sanza - origine inconnue - Bois, métal, calebasse - 18cm











Je remercie Guillaume Duthoit, de la Médiathèque de Louvain-La-Neuve (Belgique), de m'avoir autorisé à me servir de parties de son article co-rédigé avec Isabelle Delaby sur les lamellophones. Tu peux lire l'entièreté de leur travail là en cliquant ici.

Une vidéo  à voir sur le site de Hervé Lapalud

Aucun commentaire: