samedi 8 novembre 2008

Ma maman à moi que j'ai.

Il est temps, cher lecteur, d'aller plus loin dans ma présentation, histoire que tu saches à qui tu as affaire: Je suis un gros ours au fort mauvais caractère! Voilà qui est dit.

Mais sous cette enveloppe quelque peu rustaude, il y a un cœur. Et ce cœur a une maman, si-si. Je lui dois beaucoup en général, mais je lui dois aussi ma passion pour les instruments de musique: c'est elle qui m'apprit les bases de la flûte à bec lorsque j'avais huit ans, et c'est par elle que ma collection a débuté lorsque, pour mes anniversaires, elle m'offrit ma première flûte soprano, puis ma première alto, puis ma première ténor. C'est elle qui me fit parvenir de Colombie, par un de ses collègues, mes premières flûtes ethniques qui furent la base de tout ceci. Ce sont ses amis, ensuite, et les membres de la famille, qui pensèrent à moi lors de leurs vacances à travers le monde... Comme tout le monde ne sait pas forcément que tous les instruments à vent ne sont pas des flûtes, je me suis vite retrouvé, avec bonheur, en possession de clarinettes, d'orgues à bouche et de hautbois. C'est ainsi que ma collection de flûtes devint collection d'instruments de musique. Voiiilà.

6 commentaires:

Tina Steele Lindsey a dit…

How great!

Anonyme a dit…

Hooooo, ben ça c'est une belle histoire qui nous a arraché quelques larmes dis donc...

Ta petite soeur qui t'aime et ton beau-frère qui te fait plein de gros poutous

Le Lutin a dit…

Prfff-ha-ha! Pas crédible! Bise p'tite sœurette de poche!

camflan a dit…

Très jolie histoire !

fletch a dit…

T'as eu chaud. Imagine qu'elle t'ait offert, je sais pas moi, un tracteur... ben tu serais sacrément embêté niveau place, 30 ans plus tard ;o)

fletch

Le Lutin a dit…

Bah tu l'as dit, Fletch! Je crains effectivement que mon jardin n'aurait pas suffit...