jeudi 13 novembre 2008

Un amour de jeunesse...


Bonsoir cher lecteur. Il se peut que mon prof de clarinette soit parmi toi en ce moment. C'est donc le moment de te parler de cet instrument.

J'avais quel âge? Je devais être en 2è, en 3è année d'école primaire? (c'est CM1 ou CM2 en Français d'outre-Quiévrain, je pense). Mon instit était malade. Il a été remplacé, évidemment! (Tu penses: des vacances supplémentaires, ça aurait été trop beau!) Finalement, je n'ai pas eu à m'en plaindre car le remplaçant a eu l'idée de venir en classe avec sa clarinette et de nous jouer un extrait de l'ouverture du concerto de clarinette de Mozart... Cet instrument, sa beauté, sa complexité et surtout, surtout... ce son! Tu l'auras deviné, ce fut le coup de foudre! Quelques années plus tard, j'entrais à l'académie de musique, inscrit en clarinette. Ce fut bref: l'aventure n'était pas trop compatible avec une scolarité déjà peu brillante... Il y a environ 4 ans, je me suis vu offrir une clarinette par un ami (merci Alfred), avec la charge de la faire restaurer, ce que je fis plus vite que de me jeter dans son apprentissage puisque c'est finalement en septembre de cette année-ci que j'ai franchi le pas. Voilà, c'est elle, à droite... c'est ma clarinette à moi...

Mais les clarinettes n'ont pas toujours été pourvues de ce mécanisme complexe élaboré entre 1831 et 1847. En effet, au début il y eu ça:
Mandoura - Grèce - L = 22cm
Ce type de clarinette idioglotte se rencontre sous d'autres formes autour de la méditerranée, dans tout le monde arabo-musulman ainsi qu'en Asie, j'en présenterai d'autres à l'occasion d'un prochain article.

La clarinette fait son apparition dans l'orchestre baroque dans la première moitié du XVIIIe siècle et ne possède que deux clefs. Très vite, différents facteurs apporteront des modifications dans le nombre de clefs et dans leurs systèmes, avec un succès relatif; beaucoup tomberont dans l'oubli, d'autres marqueront de leur nom l'histoire organologique de l'instrument. Parmi les noms les plus célèbres, il y a Johann Christoph Denner à qui l'on attribue l'invention de la clarinette, les Cuvilier père et fils (qui ont également marqué l'évolution du hautbois), Adolphe Sax évidemment, H.L.Schaffner, jusqu'à Theobald Boehm qui aura le mot de la fin en inventant le système de clefs utilisé sur les clarinettes, hautbois et flûtes traversières actuels et qui portera son nom.

Ci-contre une clarinette XVIIIe ou XIXe (à confirmer par expertise) que j'ai achetée en mai chez un antiquaire du quartier du Sablon, à Bruxelles. Magnifique instrument en buis et ébène, elle reste à être restaurée et c'est le grand défi qui m'est imposé que de trouver LA personne à même de m'offrir un travail de qualité qui ne ruinera pas cet instrument. Ceci ressemble à un appel à l'aide? C'EST un appel à l'aide! Le corps de l'instrument est en parfait état mais le bois a besoin d'être nourri; les ressorts sont tous cuits; les tampons des clefs sont tous absents; la cheminée de la clé de pouce est à replacer dans le corps de l'instrument.

















Document intéressant: le système de clefs inventé par Schaffner. La clarinette est en ébène et est percée de 20 trous de jeu recouverts par des clefs à plateau rectangulaires. Ce système ne connu pas le succès du système Boehm en raison de sa délicatesse. (Photo: Le Roseau et la Musique)









Sources:
- Encyclopédie des Instruments de Musique - Alexander Buchner - Gründ 1980
- Le Roseau et la Musique - C.-J. Chaudoreille, Edisud, La Callade, 1988 (ISNB:2-85744-355-2) - Catalogue de l'exposition homonyme accueillie au château San Salvadour à Hyères, Var

2 commentaires:

Claribole a dit…

Bonjour Willy,
pour ta clarinette, j'ai bien peur de te décevoir, ce n'est pas un trésor du XVIIIe siècle, maîs plutôt datable vers 1850 d'après la forme des clés. les instruments à 6 clés ont été utilisés jusqu'à la guerre de 14-18 pour la musique populaire. Les bagues étaient soit en ivoire, soit en corne, ce qui est probablement le cas pour ton instrument, et non de l'ébène. Les cornes très noires étaient des cornes de bufles.
Claribolistiquement votre !

Le Lutin a dit…

Salut à toi!
Et merci pour les précisions. Loin d'être déçu, moi! L'antiquaire qui me l'a vendue avait effectivement de corne pour les bagues. Pour tout te dire, je ne suis pas un habitué des instruments historiques: je ne possède que cette clarinette et un fifre à 5 clefs, ou piccolo(?), du XIXè également. Je n'ai aucune idée de la valeur que peut avoir cet instrument ni ce que me coûtera sa restauration (je verrai ça avec Guy Collin, probablement), mais j'aimerais savoir si je l'ai payée à bon compte...