lundi 29 décembre 2008

Bande de flûtes, flûtes à bandeau

Tous les types de flûtes - à bec, obliques, traversières, de Pan, etc. - sont largement répandus à travers le monde, à tel point qu'on ne sait que rarement où celle-ci trouvent leurs origines. Il est une exception sur laquelle je te propose de t'intéresser, avide lecteur: Cet instrument, une flûte droite, est pratiquement endémique, puisqu'on ne la trouve qu'en Indonésie et aux Philippines. J'ai nommé la flûte à bandeau, la suling.
Un tuyau de bambou, une extrémité étant obturée par un nœud de segment du bambou, l'embouchure est légèrement biseautée et un trou est percé perpendiculairement au biseau. Le bandeau, une membrane découpée dans une feuille de palme, bien souvent, forme le sifflet en venant recouvrir le trou et le biseau. L'instrument est percé d'un nombre variable de trous de jeu en fonction du type de répertoire auquel il sera consacré. Cette flûte fait partie du gamelan, orchestre traditionnel de l'archipel indonésien, comprenant surtout des percussions et, accessoirement quelques instruments à corde et deux types de flûtes: le saluang, une flûte oblique percée de quatre trous de jeu fortement espacés, et notre fameux suling.
F107 - Bornéo -Bambou - 54cm



Détail de l'embouchure














F39 - Java - Bois - 35cm





F40 - Java - Bois - 30cm




F41 - Sumatra - Bambou - 30.8cm


F112 - Sulawesi - Bambou - 42.5cm
F113 - Sulawesi - Bambou - 37cm
F114 - Sulawesi - Bambou - 30cm


Au plaisir de te retrouver.

dimanche 28 décembre 2008

Merci!

Je tiens à remercier Gwenhwyfar ET Firefox, de bdgest, pour leur efficace intervention qui a permis à mon blog de retrouver ses beaux atours! Une erreur d'encodage html due à un sujet rédigé sur Word et bêtement copié/collé sur le blog avait provoqué le changement de couleurs de mes liens, adresses de petits coins, etc. A ne plus faire donc! Le conseil: rédiger sur le simple notepad du pc si on ne veut pas directement commencer une rédaction directe sur le blog. 'M'en souviendrai!

samedi 27 décembre 2008

Plus d'une corde à mon arc

Ha bah, c'était mon anniversaire, il y a peu de temps, et je fus pour le moins gâté, puisqu'un piano est venu mettre un point d'orgue à ma salle de musique, ainsi qu'à mes souhaits d'apprentissage!

Alors je voudrais en profiter, car je n'en ai pas beaucoup, pour te présenter les instruments à corde(s) de ma collection. Le piano provient de la maison Kaufman, à Bruxelles. Le 'oud m'avait été donné par un collègue et ami de mon ancien job; il aurait besoin d'une solide restauration - le 'oud, pas le collègue! La valiha (prononce vali) est une harpe malgache; là aussi, elle n'est pas en état d'être jouée: il me faut fabriquer les paires de chevalets qui doivent maintenir les cordes à distance du bambou et qui permettent l'accordage de l'instrument. Le dan bau est un instrument magnifique, au son extraordinaire et au jeu terriblement complexe, offrant une musicalité incroyable, comme tu t'en rendras compte en cliquant sur le nom de l'instrument; il s'agit d'une harpe monocorde, instrument national vietnamien. Je possède également une mandoline napolitaine, mais elle se trouve être dans un tel état que je doute de la possibilité d'une restauration...

Cde 5 - Piano - Knight - 1.40m x 1.05m



Cde 3 - Guitare d'étude




Cde 2 - 'Oud - Maroc
Présence inhabituelle de frets










Cde 1 - Valiha - Madagascar - L= 74.5cm


Dos du 'oud






Cde 4 - Dan Bau - Vietnam - L= 104cm

Voilà, ami lecteur. A la prochaine!

jeudi 25 décembre 2008

Idio quoi? Le retour.

Idiophones! Entends par là "instruments qui sonnent d'eux-mêmes".

Je t'entends d'ici te demander si je m'apprête à te parler de percussions, hé bien non! (du moins pas encore...). Encore que, je ne sais pas... Parce que ce sont véritablement de drôles d'instruments, les guimbardes...

Voyons voir: Ce truc qu'on place contre les dents, on tape sur une lamelle qui vibre et ça produit un son...
- "On tape? Mais c'est donc bien de la percussion, non?"

Bah... en même temps, taper seulement ne suffit pas: si on se contente de ça, ça ne va pas très loin

Parce qu'une fois l'instrument placé contre les dents ou les lèvres, la bouche fonctionne comme un résonateur, un amplificateur du son qui serait sinon inaudible. Ensuite, on module ce son en faisant varier le volume d'air de la bouche, en faisant des mouvements de langues, de gorge même, ou en faisant intervenir le diaphragme, en soufflant ou en aspirant, etc.
-
"Souffler? Mais c'est un instrument à vent?"
- Haaa oui mais non!

Bon! On lui donne pas mal de noms qui finissent par enduire d'erreurs... Le nom qui revient le plus, en dehors de "Guimbarde", c'est "Harpe à bouche"! Alors il y a de quoi bien rire (en tout cas pour ceux d'entre toi qui me connaissent) parce que le terme que je rencontre le plus dans la litérature anglophone, c'est "jew's harp: la harpe du juif"! Si-si, c'est même dans le dico (Harrap's Fr/Angl)! Or il s'agit sans doute plus que probablement d'une dérivation d'un autre terme rencontré: "Jaws harp: la harpe de machoires" (qui lui, par contre, ne figure pas dans le dico...) Bon... Là aussi, il y a moyen de se perdre en conjectures...

D'un point de vue organologique, c'est plus précis. Il existe deux types de guimbardes: les guimbardes à cadre (idioglottes) et les guimbardes à archet (hétéroglottes).
-
"Un archet? C'est un instrument à corde?"
- Mais non...

La lamelle que l'on met en vibration est l'anche.
-
"Une anche? Clarinette alors?"
- Arglh! MAIS NON!
-
"Méheu..."
- Silence, nom d'un chien à trois pattes!


Bon... Alors ce qui est à nouveau interpelant, c'est la variété géographique de ces instruments: on les trouve à tous les coins du monde! La variété des matériaux utilisés, aussi, ainsi que la taille des instruments: de quelques centimètres à plusieurs dizaines de centimètres pour certains!


Gu3 : Italie - L=10cm
Légendes: a= Archet; b= Anche



Avant de te présenter mes instruments (n'hésite pas à cliquer sur le nom ou l'origine géographique: un lien YouTube s'y cache parfois!), je t'invite à suivre un petit cour vachement bien fait: ça ne prendra que 6.5 minutes de ton temps et... qui sait? Bon amusement!




Gu1 - Genggong - Indonésie - Guimbarde idioglotte - Bambou - 19cm



Gu2 - Murchunga - Cachemire - Guimbarde hétéroglotte - métal - 11.5cm



Gu4 - Italie - Gimbarde hétéroglotte - Métal - L = 8.6cm




Gu7 - Dan Moï - Vietnam - Guimbarde idioglotte - Métal - 9.7cm
Rangée dans un étuis de bambou de 11cm


Gu8 - Inde - Guimbarde hétéroglotte - Métal - 7cm

Voilà. J'espère que cette sortie des sentiers battus t'aura plu, et je te retrouve bientôt!

mardi 23 décembre 2008

Autour du globe

Bonjour ami lecteur! Me voilà déjà de retour pour te prendre par la main dans une balade autour du globe. Je ne t'emmènerai pourtant pas au bout du monde, à une seule exception près, les instruments que je m'apprête à te présenter, pour ceux que je possède en tout cas, sont tous d'origine européenne. Par globe il ne fallait donc pas entendre le globe terrestre, mais flûtes globulaires.

F68 - Ocarina alto - Europe - L = 18.5cm

Je ne me rappelle plus où j'ai lu cette définition des flûtes qui considérait comme condition de classification la présence obligatoire d'un sifflet et d'au moins un tuyau! Ce qui exclurait les ocarinas et autres vases siffleurs de la famille? Pourtant dans la plupart des classifications, la seule existence d'un sifflet ferait de n'importe quel objet une flûte... Ça reste mon critère de classification, aux experts de me dire si j'ai tort.

F70 - Pot siffleur (reproduction) - Mexique - 24,5cm
Je ne sais depuis quand, ni à partir d'où ces instruments existent: on en trouve des traces chez les Aztèques, dans la Rome et la Grèce antiques, à toutes les époques et aux quatre coins du monde. Tout comme dans le cas des flûtes en général, on trouve tous les matériaux possibles et imaginables dans la confection des ocarinas: cela va de la terre-cuite (c'est le cas de mes instruments) aux plastiques, en passant par les fruits tels que les calebasses, le bois, le métal, la porcelaine ou le verre! Certains de ces instruments ne produisent qu'une note, d'autres présentent des trous de jeu, d'autres encore utilisent de l'eau pour créer un sifflement mélodique à la manière des oiseaux. Leurs formes également sont aussi diverses et variées: globulaires ou plates, en forme de fuseau comme les ocarinas classiques, figuratives comme ce vase siffleur du Mexique (reproduction d'art précolombien - H= 24.5 cm), en forme d'oiseau ou d'autres animaux, comme le cheval ou la tête de taureau que tu verras plus bas. Tantôt ils auront l'aspect naturels de la matière utilisée, tantôt ils seront peints ou recouvert de céramique ou d'émail. Autre aspect fort variable: la taille des objets. Le seul point commun à tous, finalement, c'est qu'il s'agit d'un volume d'air contenu dans un objet clos dans lequel on a aménagé un sifflet (encore que là aussi, on trouve des instruments dont le sifflet n'est formé que par la position de la bouche sur un simple trou, à la façon des flûtes traversières), avec ou sans trous mélodiques.







F71 - Allemagne - 5cm x 4cm





F72 - Grèce - 6cm x 4cm





F74 - Portugal - 10cm x 10.5cm





F75 - Hongrie - 11cm x 9.5cm







F76 - France - 8cm x 6cm










F 139 - Sifflet à eau - Turquie - 6cm x 6.5cm









Un petit morceau de sucre à écouter: Le duo guitare / ocarina en bois / cor anglais. Comment ça, "C'est un trio, ça"? Bah non: va voir!


Voilà. Maintenant, puisque c'est les fêtes de Noël pour beaucoup d'entre toi, cher lecteur, pourquoi irais-je bouder ton plaisir en te privant de ce document incroyable (incroyable!) montrant la diversité infinie de matériaux dans lesquels on peut faire un ocarina: Clique ici si tu oses, mais ne viens pas te plaindre après!

dimanche 21 décembre 2008

Chemins de traverses

"Instrument à la fois religieux, militaire ou profane, la flûte est sans doute le plus vieil instrument du monde. Et de récentes découvertes archéologiques permettent d'étayer cette thèse: La flûte d'Isturiz (Pyrénées) est estimée avoir plus de 20000 ans. Celle de la grotte du Placard 16000 ans (...) Nous ne savons rien sur le mode d'emploi (...), encore moins sur leurs matériaux: les flûtes en os, terre cuite et coquillages qui nous sont parvenues étaient simplement un peu moins périssables, mais il est fort probable qu'il existait des flûtes en bois, même à l'époque d'Isturiz. Il faut attendre le haut Moyen Age et surtout la Renaissance pour que progressivement se dégagent des connaissances plus certaines." (La Flûte - P.-Y. Artaud - Ed.J.C Lattès/Salabert)

Voilà, cher et attentif lecteur, je compte aujourd'hui te parler des flûtes traversières. Il va sans dire que tu devras passer par l'incontournable (mais brève, je te rassure) corvée historique, avant de découvrir une première salve de photos d'instruments venant des quatres coins du monde. C'est partit!

F131 - France - XIXe siècle (restauration par Treuttens: 2006) - Ébène et argent - 31cm

S'il existe depuis tous temps de nombreux modèles de flûtes traversières à travers le monde, les premières descriptions de flûtes utilisées dans la musique dite savante, la musique classique, datent du XVIe siècle: c'est la Flûte Renaissance, d'un seul tenant, six trous de jeu, trou d'embouchure circulaire. Sebastian Virdung représente des "flûtes suisses" ou "flûtes allemandes" dans son ouvrage "Musica Getutscht (1511). D'autres auteurs ont également décrit cet instrument au cours de cette période.

F54 - Angleterre - 39cm

Au XVIIe siècle s'amorce une série de transformations sur la flûte traversière qui aboutiront vers 1830 au système Boehm, dont j'ai déjà parlé, et qui est encore en vigueur dans la facture moderne de l'instrument. (A suivre...)

F50 - Maillechort - 68cm



F52 - France - Roseau - 54.8cm
Reproduction d'un instrument d'Amérique du Sud



F102 - Di Zi - Chine - Bambou - 41cm
Le trou entre l'embouchure et le premier trou de jeu devrait être obturé par une membrane végétale faisant office de résonateur



F53 - Indonésie (Sulawesi) - Bambou - 39.4cm





F133 - Vietnam - Bois laqué, incrustation de nacre - 58.5cm






F134 - Bansuri - Népal - Bois, métal - 43cm






F136 - Sénégal - Bambou - Extrémité obturée par le nœud du bambou - 52cm




Voilà, ami lecteur. N'oublie pas de cliquer à l'occasion sur les noms des instruments: ils réservent souvent des surprises. A bientôt!

vendredi 12 décembre 2008

Des sites et autres infos

Salut ami lecteur!

Un petit sujet sans photos, histoire d'attirer ton attention sur quelques liens qui valent leur pesant de cacahuètes, ce serait dommage de passer à côté.

Peu de temps après avoir ouvert cet indispensable blog, et au hasard de mes recherches d'un luthier à même de restaurer ma clarinette ancienne, j'ai fait la connaissance de l'Association des Collectionneurs d'Instruments de Musique à Vent (A.C.I.M.V). Il se trouve au sein de cette association deux personnes qui ont ouvert leur blog sur les instruments de musique à vent:
- Le Chtiot Musée des Clariboles et Cie, consacré aux clarinettes anciennes; tu y trouveras des informations sur les différents instruments à travers les époques et l'évolution des systèmes de clés, les matériaux, etc, le tout précieusement illustré;
- Facteur et Marchands de Musique de l'Est de la France, renseignant sur la tradition de lutherie de cette région; tu y trouveras des renseignements fouillées sur l'histoire avec un grand H de ces instruments, sur la biographie des luthiers et/ou marchands; l'ensemble est tout aussi richement illustré de photos ouvrant en grand les appétits!
- En furetant sur les liens de ce dernier blog, j'ai été amené à découvrir un site sur la typologie des instruments à vent offrant une classification des instruments en fonction de l'organologie, également très illustré. J'ai aperçu sur ce dernier site des photos d'objets identiques à certains que je possède et que je n'ai jusqu'ici jamais considérés comme instruments de musique: des sifflets à eau que je prenais davantage pour des jouets d'enfants, ou des appeaux que je voyais plutôt comme des "outils"; voilà donc des pièces à joindre à ma collection, qui seront matière à l'un ou l'autre futur sujet.

Alors bien sûr, comment te quitter sans te filer le lien vers le site de l'ACIMV. C'est par là si tu cliques ici.

A bientôt.

samedi 6 décembre 2008

Au secours!

Depuis la publication de mon dernier sujet, mes liens sont tout bleus-que-ça-arrache-les-yeux! Je suis une tanche en utilisation d'internet, je me répète, mais je suis tout de même allé voir dans les polices et couleurs de mes paramètres perso, et rien ne change... C'est tout moche... Au secouuuuurs...

Cornemuses

Salut à toi, cher lecteur !

Voilà ! Si tes souvenirs sont bons, je t’ai présenté un jour une double clarinette mezoued en te précisant qu’il s’agissait en fait du double chalumeau d’une cornemuse tunisienne répondant au doux nom de mezud.

Il est donc temps d’aborder le chapitre des cornemuses.

Vraisemblablement, son existence daterait de l’Antiquité : Aristophane se moquait des musiciens de Thèbes en ces termes : « Vous les cornemusiers, avec vos tuyaux en os, qui soufflez dans le postérieur de vos chiens (…) »

A l’origine étaient des chalumeaux (ancêtres des clarinettes), simples ou doubles, à anches idioglotes telles que ceux que j’ai présentés il y quelques semaines (Zumara, Mandoura) et des chalemies à anches doubles (ancêtres des hautbois), tels que la bombarde, ou la ghaïta.


Ces instruments étaient (sont encore, d’ailleurs) joués en utilisant le souffle continu. Il est venu l’idée à quelqu’un d’ajouter à l’instrument un « sac » qui serait gonflé et qui servirait de réserve d’air pour faciliter la production du son continu. Jusque là, cette réserve d’air était contenue dans les joues du musicien.
a) Chalumeau; b) Porte-vent (tuyau d'insufflation pour le gonflement du sac). Sur certains types de cornemuses, il est remplacé par un soufflet actionné par le coude du musicien c) Sac d) Bourdon





Le doigté des cornemuses diffère grandement d'une région géographique à l'autre: jeu ouvert (les doigts ouvrent les trous de bas en haut), jeu semi-fermé (les doigts ouvrent les trous de bas en haut, à partir de la main gauche les trous du bas sont maintenus fermés), ou jeu fermé (chaque doigt ouvrant un trou, le trou précédent est refermé)

On trouve les cornemuses sur tout le pourtour méditerranéen, puis par les conquêtes celtes, en Irlande, Angleterre, Scandinavie. On en trouve également en Inde et dans les pays limitrophes.


Co1: Mezud - Tunisie - 78cm
Le sac est fait d'un demi-mouton; la double clarinette Mezoued est ligaturée à l'extrémité du cou.












C2 - Clarinette double Zummara - Grèce - 20,5cm







C7: Clarinette double Zamr - Maroc - 47,5cm

















C6 - Clarinette double Mijwiz - Jordanie - 34cm

mardi 2 décembre 2008

Et la nature dans tout ça ?

Hè bien la nature fait bien les choses, mon bon monsieur ! A tel point qu’elle a inspiré l’Homme depuis son plus jeune âge : en effet, dès la préhistoire, alors qu’il commence seulement à marcher, l’Homme entend déjà tous les sons du vent dans les cannes de roseau puis, comme tout bon bébé qui se respecte, met tout en bouche, souffle dans tout ce qu’il peut, frappe sur tout ce qu’il trouve, et fait ses premières expériences musicales. Il cherche à émettre les sons entendus au hasard du vent, souffle à son tour dans le roseau, l’utilisant tout d’abord comme sifflet d’alerte, de chasse ou de signalement, avant de découvrir qu’un tuyau plus court produit des sons plus aigus et d’inventer la flûte de Pan. On en trouve des traces dans les cavernes, des objets utilisant des os creux ou des tiges végétales, du bois taillé ou encore des coquillages. De nos jours encore, on trouve l'usage de sifflets, de conques, de l'Océanie au Pacifique en passant par le continent africain. Je te propose d'en découvrir quelques uns.

Cette conque est un coquillage que j'avais chez moi; il présentait un trou aux arrêtes irrégulières; j'ai simplement limé ce trou pour l'agrandir et lui donner une forme plus régulière, jusqu'à pouvoir en produire un son dont j'ai été le premier surpris!








F78-F79 - Sifflets de signalement - Bas-Congo.

13.50cm et 11.50cm










F129 - Nouvelle-Guinée (Asmathes?) - 30cm








Coquillage utilisé comme sifflet de signalement ou de chasse:

Voilà... Ça va, les oreilles?

mercredi 19 novembre 2008

Flemme, ce soir...

Salut à toi, ami lecteur!
Certains d'entre toi viennent ici pour y lire de l'info, d'autres pour y voir des photos. Ce deuxième public m'arrange ce soir: j'ai plutôt la flemme pour me lancer dans une longue rédaction, ce sera donc des photos.
J'en profiterai également pour te faire connaitre ma bibliothèque de référence. Elle est assez maigre, je dois bien le dire, et je ne sais s'il existe plus d'ouvrages sur les instruments de musique en général et sur les instruments ethniques en particulier. Si toi, ou toi, ou encore toi, là-bas au fond, 'fin bref, si quelqu'un connait d'autres références, n'hésite pas à me les faire connaitre.





F104 - Dvojaka - Slovaquie - 30cm
Double flûte à lumière monobloc; un tuyau percé de 6 trous de jeu, un tuyau bourdon.

Dans une autre région de Slovaquie on trouve un type de dvojaka fait de deux tuyaux distincts assemblés par une ligature métallique.












F21 - Flûte à bec en métal - Allemagne - 28cm














F98 - Flûte de berger - Roumanie - 28.5cm











F22 - Flûte de berger - Grèce - 38cm














F9 - Flûte à bec - Brésil - 33cm
Alors là, c'est la curiosité du jour: Il s'agit en fait d'une flûte à bec classique en plastique décorée par les enfants des bidonvilles de Rio et vendue aux touristes... N'est-elle pas totalement baroque?










Ha bah voilà! Je poste le sujet en oubliant d'y mettre la bibliographie qui me sert de base... Mais où ai-je la tête? (Ne réponds pas, c'était plus une expression qu'une vraie question)

Donc voilà les bouquins que j'ai en biblio:

Encyclopédie des Instruments de Musique - Alexandre Buchner - Gründ, 1980 - Reliure sous jaquette, 352pp.













Le Roseau et la Musique - C.-Y. Chaudoreille - Arcam/Edisud 1988 - Broché, 155pp
Catalogue de l'exposition homonyme accueillie au chateau San Salvadour à Hyères (Var)












Instruments de Musique du Monde - Lucie Rault - Éditions de La Martinière, 2000 - Reliure sous jaquette, 231pp(A droite: Réédition)











La Flûte - P.-Y. Artaud - Éd. J.C.Lattès/Salabert, 1986 - Broché, 93pp













Lutherie Sauvage - Max Vandervorst - Éditions Alternatives, 1997 - Broché, 109pp






Voilà. A bientôt.