samedi 17 janvier 2009

Trompeur

Les premiers chasseurs et guerriers, dès la préhistoire, comprirent très vite l'utilité, pour communiquer entre eux, d'instruments dont le son porte plus loin que la voix humaine. Les peuples vivant aux bords de la mer apprirent à souffler dans des conques marines, les hommes de l'intérieur des terres le firent avec des cornes d'aurochs, de vaches ou de béliers, sous d'autres latitudes, ce furent des défenses d'éléphants, des cornes d'antilopes ou du bois. Ceux du nord enroulèrent de l'écorces de bouleau en forme de parfois très longs cornets. Chacun avait pour but de prolonger ou remplacer l'action des cordes vocales. L'âge du bronze et du cuivre vit des artisans enrouler des feuilles de métal pour en faire des cornets, des cors, etc. Tous les peuples de l'antiquité (Égyptiens, Grecs, Romains et Gaulois) ponctuèrent leurs guerres, leurs chasses et leurs fastueuses cérémonies de sonneries retentissantes. Dès l'époque du Classicisme, les cors naturels firent partie des orchestres.

Je suis garde forestier. Il est une tradition du corps des Eaux et Forêts qui s'est perdue au fil du temps: L'usage de la trompe de chasse. Nous avons en archives des photos de nos prédécesseurs, jusqu'à trois générations avant nous; sur chaque photo l'on voit des forestiers portant fièrement leur instrument autour de l'épaule (Alors je vois d'ici se gausser les esprits mal tournés, mais pour une fois je suis sérieux...) Du coup, grâce à la présence d'une école de trompe qui se réunit chaque semaine dans ma commune, au sein de la forêt où je travaille, je me suis lancé cette année dans l'apprentissage de cet instrument, avec le secret espoir d'entrainer quelques collègues à ma suite, et de redonner ainsi un nouvel élan à cette tradition. La trompe de chasse que je présente ici ne m'appartient pas: elle m'est prêtée par l'école.














Trompe de chasse - Equipage - France - 4,445m
Les trompes Equipage sont dite lourdes: la feuille de cuivre est plus épaisse et donc plus robuste pour supporter les chocs lors des chasses à cheval. Note l'intérieur chaudronné de l'instrument.

Mais finalement, cor ou trompe? L'erreur est-elle permise?

Pour ce qui est des instruments dits classiques (en opposition aux instruments ethniques), ils font partie de la famille des cuivres: le son est produit par la vibration des lèvres dans une embouchure évasée, son qui est ensuite amplifié tout au long de son parcours dans un tuyau de perce conique (d'abord fin, puis s'élargissant vers l'extrémité) terminé par un large pavillon. Aucun trou de jeu, ni clef ni piston ne permettent de moduler le son et de créer ainsi différentes notes: seul l'intensité du souffle de l'instrumentiste permettra d'obtenir les différentes harmonies de la note fondamentale de l'instrument. La littérature nous renseigne que le cor naturel, ou cor d'harmonie, est accordé en Mib, que le nombre de tours de tuyaux est variable et qu'une pièce se trouve entre le tuyau et l'embouchure pour en affiner l'accord, alors que la trompe est accordée en Ré et son tuyau est enroulé sur trois tours et demi. Mais la différence ne s'arrête pas là: Le cor naturel est joué en orchestres tandis que le cor de chasse, le mal nommé, est joué en fanfares, militaires bien souvent; ces deux instruments sont joués face au public. Quant à la trompe de chasse, elle est liée à la vènerie, la chasse à coure: elle sert à signaler aux équipages, piétons et cavaliers, où en est la journée de chasse, par le morceau qui sera sonné - oui, car on ne joue pas de la trompe, on en sonne! A noter également qu'on ne parle pas de pièces, ni de morceaux musicaux, mais de fanfares. L'Arrivée au Rendez-vous, Le départ pour la chasse, l'Hallali, La Curée, Les Honneurs, sont autant de fanfares marquant les étapes de la journée, Le cerf (avec les déclinaisons liées à l'âge de l'animal: Dix-cors ou Jeunement, 3°tête ou La Dauphine, 4°tête ou La Fanfare du Roi), Le sanglier, Le renard, informent sur l'espèce chassée; Le Vol-ce-l'est (On voit l'emprunte du pied de l'animal), Le Débucher (l'animal quitte la forêt), La Plaine, renseignent les piétons sur la position de l'équipage à cheval et de la meute, et donc de l'animal, ou inversement. Lorsque la trompe est sonnée lors de manifestations telles que la St-Hubert, où lors de concerts, de messes, etc, les sonneurs envoient le son derrière eux et tournent donc le dos au public.

Sources:

  • Medved Nurbel - Nature Ethique, magasine de Groupement des Intérêts Cynégétiques, Environnementaux et Forestiers (Gicef) - N°195, mai 2006, p.19.
  • J'apprends la trompe - Méthode de trompe de chasse - Collectif - Fédération des Trompes de France (FITF)






T 1 - Didjeridoo - Provenance inconnue - Teck - 130cm

2 commentaires:

Francisbd a dit…

'Soir Lutin !

Très bel article que celui - ci ! ( comme tous les autres d' ailleurs )

Au moins, après avoir lu et écouté ce bel instrument je ne me trompe...rai plus lorsque j' entendrai le cor résonner au fond des bois.
Merci !

Le lutin... a dit…

Salut à toi, Francis! Merci.